News story
Marché des devises   23-Sep-2022 17:45:39

La livre passe sous 1,09 dollar après de coûteuses annonces budgétaires

Londres (awp/afp) - La livre est brièvement passée vendredi sous le seuil symbolique de 1,09 dollar, s'approchant de son plus bas historique, alors que les annonces budgétaires de Londres inquiètent les investisseurs sur la santé des finances publiques du Royaume-Uni, peut-être déjà en récession.

Face à un dollar qui profite de la résistance de l'économie américaine et de son statut de valeur refuge, la livre a plongé de 2,98% à 1,0926 dollar vers 15H25 GMT (17H25 à Paris), après avoir sombré à 1,0897 dollar, un niveau plus atteint depuis 1985, année de son plus bas historique à 1,0520 dollar.

Gel du coût de l'énergie pour les particuliers et les entreprises, mais également baisse d'impôts: le plan détaillé vendredi par le gouvernement britannique pour renouer avec la croissance inquiète les investisseurs, alors que la mesure phare du "mini-budget", le gel des prix de l'énergie, devrait coûter à elle seule 60 milliards de livres sur les six premiers mois.

"Entre le Brexit, le retard de la Banque d'Angleterre pour remonter ses taux et maintenant la politique budgétaire, je pense que le Royaume-Uni restera dans l'Histoire comme une des pires gestions macroéconomiques d'un grand pays depuis longtemps", a accusé l'ancien secrétaire américain au Trésor, Larry Summers, qui voit potentiellement la livre atteindre la parité avec le dollar.

"La livre sterling est en danger", a mis en garde George Saravelos, analyste chez Deutsche Bank, qui note que la livre chute alors même que les taux d'emprunt de la dette britannique augmentent, "ce qui est très rare dans une économie développée".

"Nous nous inquiétons de voir la confiance des investisseurs dans le Royaume-Uni s'éroder rapidement", ajoute-t-il.

Et l'économie britannique montre des signes d'affaiblissement: la Banque d'Angleterre comme l'indice PMI de l'activité du secteur privé prévoient une récession dès le troisième trimestre.

Rouleau compresseur du dollar

Le plongeon vertigineux de la livre éclipsait presque la chute vendredi de l'euro, qui perdait 1,17% à 0,9722 dollar, après avoir reculé jusqu'à 0,9702 dollar, un nouveau plus bas depuis 2002.

Depuis le début de l'année, face au rouleau compresseur du dollar, les pertes de l'euro sont de 14% et celles de la livre de 19%.

Directement affectées par la flambée du cours du gaz depuis le début de la guerre en Ukraine, les économies européennes accumulent les signes de faiblesse.

En zone euro, le recul de l'activité économique s'est aussi accéléré en septembre dans le secteur privé, selon l'indice PMI.

Un tableau morose qui détourne les investisseurs de l'euro et de la livre, malgré des hausses marquées des taux décidées en septembre par les banques centrales.

À l'inverse, "les États-Unis sont dans une position unique, avec une inflation élevée et une croissance qui persiste mieux qu'ailleurs, ce qui veut dire que la Réserve fédérale américaine (Fed) a à la fois des raisons et des moyens de remonter ses taux plus vite et plus loin que ses pairs", explique Mark Haefele, analyste chez UBS.

Le yen résiste

"La tendance de la paire euro-dollar ne va pas changer tant que l'appétit pour le risque est absent du marché en raison des inquiétudes sur le conflit Ukraine-Russie", ce qui profite au billet vert, valeur refuge, souligne Francesco Pesole, analyste chez ING.

Des référendums d'annexion par la Russie ont débuté vendredi dans quatre régions d'Ukraine contrôlées entièrement ou en partie par Moscou, des scrutins qui marquent une escalade du conflit et qualifiés de "simulacres" par Kiev et les Occidentaux.

Le yen reculait pour sa part de 0,56%, à 143,20 yens, résistant un peu mieux que les devises européennes.

Jeudi, la Banque du Japon a maintenu sa politique monétaire ultra-souple, mais le ministère des Finances a dit être intervenu sur le marché des changes pour soutenir le yen.

"Le mouvement a fonctionné, mais la question est de savoir pour combien de temps", prévient Ricardo Evangelista, analyste chez ActivTrades.

"Le maintien du soutien du yen nécessitera une intervention continue pendant une période prolongée et constituera un test pour la détermination et la capacité des autorités japonaises", juge-t-il.


On the same subject

N/A

Affected securities

N/A